« «  Y EN A VRAIMENT MARRE  » »

** ******

La France

n’est plus qu’un patchwork de communautés et de corporatismes qui se veulent en dehors des lois communes de la république.

Comme il l’est écrit dans un édito précédent « de l’injustice à la justice », la réforme de la justice ne va pas être facile.

La haute magistrature se manifeste en rangs serrés pour défendre leur pré carré, corporatisme pour défaut de responsabilité.

Ils s’insurgent de peur de perdre leurs prérogatives, en invoquant la séparation des pouvoirs.

Mais ils ne repoussent pas les honneurs que ce même pouvoir leur donne en leur attribuant des médailles ou rubans pour pouvoir pavaner dans les cours des tribunaux.

Dans quel monde vit-on.. ?

Ils interprètent la loi comme bon leur semble ; Ils remettent en liberté des récidivistes notoires, s’opposent à la  reconduction aux frontières des clandestins. Même lorsque ceux-ci se permettent en plus de foutre le feu dans les cités.

Par contre on s’acharne, pour des appréciations personnelles, la fameuse « conviction », sans que des preuves viennent étayer leurs prises de décision.

C’est le retour de tous les « Torquemada » en puissance. A quand la question, la roue ou toutes autres bontés que cette corporation  a pratiquées dans son histoire.

Que veulent-ils. ;? Les pleins pouvoirs pour pouvoir assumer à leur guise leur propre manière de voir les choses.

Revoyons ce pâle petit juge,  de tout juste trente ans, sans expérience.  Sorti à peine de son cursus, quelle expérience a-t-il de la vie pour qu’il lui soit permis  de juger ses concitoyens. Déjà que ceux qui se veulent juges, ave un peu plus d’expérience,  sont souvent très éloignés des contraintes et des circonstances de la vie des gens qui leurs sont présentés.

Ils se réfèrent à leur Cour supérieure pour régler ces problèmes. Cette cour siège à huis clos, entre gens corporatifs et  du même monde qui n’ont pas par habitude de se dédire entre eux.

Apparemment il paraît plus difficile de passer devant ce « conseil de discipline », qu’un simple quidam de se retrouver devant une juridiction.

Faudrait-il les laisser agir selon leur bon vouloir, sans avoir à en rendre compte devant  les élus du peuple. ?

Cette commission que cette corporation récuse est un panel d’élus représentant le peuple qui cherche à élucider un mal fonctionnement de cette justice.

Ce n’est pas le gouvernement qui cherche à s’immiscer dans le rôle de la justice.

C’est donc un mauvais procès, sans jeu de mot, que ces magistrats intentent de manière à ne plus voir leurs coreligionnaires sur la sellette.

Cette position ne leur est pas confortable par définition. Et il faut dire que ceux qui se sont présentés devant la commission jusqu’à maintenant ne sont pas favorablement très représentatifs pour cette corporation ; Peut-être craint-elle que le pire soit encore à venir pour prendre les devants.

Conclusion, il va bien falloir trouver une solution pour que ces gens ne soient pas des privilégiés de nos lois  qui n’auraient aucun compte à rendre à qui que ce soit.

Surtout pour qu’ils cessent de se croire au-dessus de tout le monde et qu’ils redeviennent de simples citoyens comme tout un chacun.

Mais comme le dit quelqu’un dans le poste.…..vous savez ce que j’en dis…… ce n’est  juste que mon avis.

Le Mistigri.

A vos commentaires et bonne journée à tous.

(Tous les textes de ce blog sont la propriété de l'auteur et ne peuvent être reproduits sans citer son nom. Merci.)